mardi 17 avril 2018

L'île des oubliés


Saga familiale bouleversante et plaidoyer vibrant contre l'exclusion, L'Île des oubliés a conquis le monde entier avec ses personnages inoubliables. Traduit dans vingt-cinq pays, vendu à plus de deux millions d'exemplaires, ce roman d'évasion plein d'émotion et de suspense nous emporte au large de la Crète, sur une île au passé troublant.

Alexis, une jeune Anglaise, ignore tout de l'histoire de sa famille. Pour en savoir plus, elle part visiter le village natal de sa mère en Crète. Elle y fait une terrible découverte : juste en face se dresse Spinalonga, la colonie où l'on envoyait les lépreux... et où son arrière-grand-mère aurait péri.
Quels mystères effrayants recèle cette île des oubliés ? Pourquoi la mère d'Alexis a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets...


Mon avis

Merci à Adèle pour cette lecture commune. Ce titre qui a fait connaître Victoria Hislop était dans ma « liste » de livres à lire cette année. La quatrième me faisait très envie, et j’avais envie de me laisser emporter par ce roman, comme tant de lecteurs avant moi.

L’histoire est construite en deux temps. D’abord, nous suivons Alexis, jeune femme partie en vacances en Crète qui profite de ce voyage pour découvrir la terre de ses ancêtres. Elle va y rencontrer Fotini, l’amie de sa grand-mère maternelle, qui va lui raconter l’histoire de sa famille. On plonge alors dans les années 1940, dans la vie d’Anna et Maria, deux sœurs, dont la mère est atteinte de la lèpre. Cette dernière va être envoyée sur une île non loin du village, où les lépreux sont isolés. C’est un coup dur pour tout le monde.
Cette construction m’a un peu dérangée. Nous ne revoyons plus Alexis avant la fin du récit et j’ai trouvé ça dommage. Elle ne fait que déclencher l’histoire, mais n’y apporte rien. La quatrième de couverture nous promet un secret de famille, et à force, vous savez à quel point j’en raffole. Mais si le secret est dévoilé dès le début, ou en partie, il n’y en a plus vraiment. L’intrigue était pour moi très simple, alors que je m’attendais à plus.
À côté de ça, c’est un roman qui se lit bien, je le trouve idéal pour des vacances par exemple.

Les personnages sont attachants, mais j’ai préféré suivre ceux qui se trouvent plutôt en second plan, que les principaux. Anna et Maria, malgré leurs différences, ne m’ont rien provoqué. Vu leurs tempéraments différents, je pensais m’attacher plus à l’une qu’à l’autre, mais non. J’ai préféré rencontrer leur père, Giorgis, qui est beaucoup plus brute, et d’une tendresse à couper le souffle. C’est un homme aux multiples facettes, qui n’hésite pas à jouer plusieurs rôles pour se préserver lui et sa famille. Il perd son temps au bistro du coin pour qu’on le prenne pour un homme qui aime boire des verres avec les hommes du village. Alors qu’il n’en est rien. En une journée, il devient papa-solo et presque veuf. Je pense qu’il en aurait eu des choses à raconter.
Anna est détestable. C’est le personnage que l’autrice crée pour qu’on ne l’aime pas. Elle n’a rien d’intéressant. Elle a été écrite, pour moi, uniquement dans le but de mettre des bâtons dans les roues de sa sœur. Pour que Maria nous devienne attachante. Le duo fonctionne, bien sûr, mais n’est pas assez travaillé. Maria est la fille parfaite. Vraiment parfaite. Trop, comparée à sa sœur. C’est ce qui fait que je n’ai pas réussi à m’intéresser à elle. Elle est le pendant positif d’Anna, et même son destin n’aura pas su m’impressionner.

J’ai effectué cette lecture début mars, nous venions d’avoir une couche de neige mémorable, et je me retrouvais à suffoquer sur les plages de Crète. Soit un mélange totalement absurde pour moi. Si vous avez besoin de chaleur, lancez-vous ! Rien que pour ça. De mon côté, ça aura été un frein. J’aurais pu m’en douter toute seule avant de commencer. Je préfère les histoires qui viennent du froid. Mais je ne me ferme aucune porte, des fois quelques rayons de soleil font également du bien. Juste pas cette fois.

Je ne ressors pas totalement convaincue, ni complètement déçue de cette lecture. C’est un mi-figue mi-raisin. Je reconnais le succès de ce titre, car il est plaisant à lire. De mon côté, j’aurais voulu en avoir plus.


Autrice : Victoria Hislop
Éditeur : Les Escales
Collection : -
Parution : 10 mai 2012
Pages : 431

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...