jeudi 5 avril 2018

Val-Jalbert, tome 3 : Les soupirs du vent


Décembre 1939, Québec. Bouleversée par la perte de son dernier-né, Hermine s'est retirée auprès de son mari, Toshan, dans la cabane qu'il a construite, isolée en pleine nature. Quand Toshan s'engage dans l'armée canadienne pour libérer l'Europe du joug nazi, Hermine retourne avec ses enfants auprès de ses parents à Val-Jalbert, le village de son enfance situé sur les bords du Iac Saint-Jean.

Elle y sera confrontée aux non-dits qui hantent sa propre famille mais aussi au passé secret de sa belle-mère, qui ressurgira en menaçant la vie des siens. Seule pourra la préserver du danger sa demi-soeur métisse, Kiona, fillette aux pouvoirs surnaturels...


Mon avis

Peut contenir des spoils concernant L’orpheline des neiges et Le rossignol de Val-Jalbert.

Bien que plus gros, et plus long dans l’action, ce troisième volet des aventures des personnages de Val-Jalbert m’a beaucoup plus touchée et émue. J’ai trouvé les enjeux et les thématiques à la fois forts et sensibles.

Le début fut un peu ennuyeux, comme j’ai lu le deuxième tome il y a quelques semaines. Marie-Bernadette Dupuy prend une centaine de pages pour rappeler aux lecteurs ce qu’il s’est passé dans le tome précédent, tout en faisant avancer son histoire. Parfait quand on tarde trop entre les tomes. Bof quand on a (pour une fois !) été rapide dans notre lecture.

Hermine et ses proches vont vivre les débuts de la guerre. Toshan, son mari, décide de se porter volontaire dans l’armée, ne supportant pas qu’on opprime un peuple, comme les blancs ont pu opprimer les Indiens chez eux. C’est bien sûr un coup dur pour Hermine, qui doit en plus se remettre de la mort de son dernier-né, Victor, qui n’a pas survécu plus de deux semaines. Ajoutez à cela une vengeance vieille de plusieurs années, qui met toute la famille en danger.

Comparé au tome 2, j’ai trouvé le personnage d’Hermine beaucoup plus noble ici. Elle est démunie et abattue face à la mort de son fils. On peut imaginer qu’elle ne s’en relèvera pas, et pourtant elle décide de changer d’approche. Relever la tête, et ne pas craquer. Car des enfants, elle en a d’autres, des bien vivants, qui ont besoin d’elle. Malgré les épreuves, elle fait preuve de courage et saura montrer l’exemple et traverser les nombreuses tempêtes qui l’attendent. Elle m’a énormément plu dans cette nouvelle partie de sa vie. Alors qu’elle était pleine de doutes avant, elle a maintenant su faire les choix qui lui convenaient à elle, et ses proches.
Toshan a énormément évolué aussi. Beaucoup trop protecteur et dominant, il a su accepter la vie de sa femme. Je trouve leur couple très touchant ici. Empli d’amour et tous les aspects que cela comporte. Un couple ce n’est pas juste s’aimer, et Hermine et Toshan nous le prouvent plus d’une fois. L’amour possède quantité de nuances, et elles sont très justement montrées ici.
Contente que Laura soit plus effacée. C’est un personnage qui me court sur le haricot, avec ses crises de jalousies et de colère. Son bien-être passait toujours avant tout, et selon les situations, je trouvais ce comportement abusif.

Deux personnages récurrents depuis le premier tome prennent de l’ampleur ici. Charlotte et Simon ont toujours fait partie du décor, et chacun possède ses ambitions. Charlotte était une petite fille très sensible et touchante. Elle est maintenant jeune femme, et prend de l’assurance. Son comportement va parfois lui attirer les foudres de tout le monde. Bien sûr, quand on se compare à la grande Hermine Delbeau, chanteuse et mère courage, difficile de lui arriver à la cheville. C’est ce qui va faire défaut à Charlotte. Tout le monde a l’habitude de la voir dans les jupes d’Hermine, alors quand elle décide de prendre sa vie en main, parfois un peu maladroitement, les esprits s’échauffent.
Simon est le frère de cœur d’Hermine. Cette dernière a été élevée par les Marrois, les parents de Simon. Plus d’une fois, elle va être intriguée par son comportement et ses secrets. C’est un personnage qui était souvent trop secondaire, et j’ai beaucoup aimé la direction que lui donne l’autrice.

Par contre, tous les personnages ont tendance à très mal garder les secrets. Ce qui m’a fait rire plus d’une fois. Chacun promet de ne rien dire, et tous finissent par vendre la mèche. Qu’importe le secret, il est toujours trop lourd à porter. C’était parfois digne d’un épisode des Feux de l’amour.

Conclusion, de belles thématiques sont abordées. Des sujets qui, inscrits dans cette époque, prennent une tout autre dimension. Il a beau être plus long, il est beaucoup plus agréable à lire.


Autrice : Marie-Bernadette Dupuy
Éditeur : Le livre de poche
Collection : Le livre de poche
Parution : 9 septembre 2015
Pages : 1016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...