lundi 28 janvier 2019

Aujourd'hui je suis triste.


Il n'y a pas de raison particulière et dramatique à ça. C'est un ressentie que j'ai de temps en temps. Bien sûr plusieurs facteurs doivent se rencontrer pour que cette couleur bleuté, légèrement grise, vienne pleuvoir en moi. Des menstruations plus présentes que celles des autres mois. La maladie d'un proche. Les souvenirs d'amitiés brisées, quand on en voit d'autres se créer.
La mélancolie a toujours fait partie de moi. C'est un sentiment que j'ai apprivoisé avec le temps, et que j'aime beaucoup. Elle me donne de l'inspiration, et m'incite à m'écouter vraiment. Des fois elle est très forte, comme ces jours, mais je sais qu'elle va se faire de plus en plus petite, pour rester longtemps endormie au fond de mon ventre. J'ai grandi avec, et ça me va. Chaque émotion fait partie de nous, vouloir les effacer demande souvent trop d'énergie, alors qu'apprendre à les écouter et les apprivoiser sera bien plus bénéfique par la suite.

Dans ce genre de moment, j'en profite, j'avance des projets qui vont avec cette émotion. Je noirci plus de pages dans mon journal intime, je déverse tout, même les petites choses qui me semble sans importance. Avec les années je me suis rendu compte que j'aimais lire ces détails. Quand j'essaye de décrire le plus justement possible comment je me sens, comment je vois ce qui m'entoure. Ça donne des pages très étranges, mais terriblement libératrices. Comme je suis en pleine période de mes lunes, je fais mes activités habituelles beaucoup plus doucement, en pleine conscience pour m'imprégner de ces moments de douceur. De quoi terminer sa journée calmement.



Je n'hésite pas à faire traîner ma lecture du Cri de Nicolas Beuglet. Le suspens est bien là, l'histoire prenante aussi, mais mon état d'esprit est à des km de ce genre de bouquin. Alors je pioche des lectures plus en adéquation avec cette phase. Lune rouge de Miranda Gray par exemple. En fait il y a quelques années je mettais un point d'honneur à ne pas lire plusieurs livres à la fois. Ça me rappelait trop mes lectures obligatoires que je couplais avec mes lectures plaisir. Alors que maintenant je peux avoir que des lectures plaisir. J'y suis finalement revenu, parce que le traumatisme des lectures obligatoires est loin derrière moi, et que lire de la fiction en même temps que de la non-fiction m'évite de m'embrouiller l'esprit et de mélanger les histoires. J'ai toujours un livre « table de chevet » qui sera souvent un livre de non-fiction sur des sujets qui m'intéressent et que je peux sans autre reposer plusieurs soirs d'affiler sans me sentir perdue. Mais j'ai aussi besoin de lire ces ouvrages chez moi, car j'aime marquer des passages et les souligner. J'aime réagir tout de suite, et en parler avec mon conjoint qui potasse des livres de jeux de rôle juste à côté.

Depuis une année, découvrir ces ouvrages plus intimes, me fait voir mon corps et mes cycles d'une façon différente. Des fois j'enrage dans mon coin, car j'apprends des choses, basiques, que chacun et chacune devrait savoir, et qu'on ne dit jamais, ou trop rarement. Je peste contre l'éducation sexuelle nulle à l'école obligatoire, me souvenant de ces 50 et uniques minutes en dernière année. 50 minutes, sur 10 ans d'école. Alors que 10 ans plus tard, grâce à 2-3 lectures accessibles sur le sujet, j'en sais bien plus. Les joies d'en bas de Nina Brochmann et Ellen Stokken Dahl, par exemple, est à la fois très instructif, tout en ajoutant des petites touches humoristiques de-ci delà. Les autrices y parlent d'orgasmes, les attentes et les craintes, qui y sont liées, des premières fois, de contraception, etc.
Je reviens aussi très souvent à La puissance du féminin de Camille Sfez, je vous en parlais en vidéo il y a peu de temps. Si un aspect spirituel de votre intimité et de votre féminité vous intéresse, ce livre est idéal. En pleine lecture de Lune Rouge, j'axe mon apprentissage sur les cycles féminins. J'aime cette façon très mystique qu'a Miranda Grey de nous parler de ces différents instants de nos mois. On comprend, on apprend et on écoute.

La tristesse passe, et laissera place à la joie. Comme à chaque fois. On tombe un peu, on s’égratigne, mais on pense nos petites blessures, et on se relève. Comme à chaque fois.



7 commentaires:

  1. Je te comprends parfaitement sur la mélancolie. Elle est passagère, parfois douloureuse, mais finalement positive lorsqu'elle disparait. Avec les années, j'ai réussie à m'y faire, à l'écouter et a comprendre bien des choses sur moi-même finalement.
    Pour ce qui est des ouvrages sur le féminin, depuis que tu en parles, je suis de plus en plus tenté. J'aimerai que 2019 soit l'année de l'affirmation, et cela passe bien mieux se connaitre je pense. Je crois que je vais me laisser tenter prochainement.
    Je te lis assez régulièrement et je suis ravie de prendre enfin le temps de commenter !
    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma douce. C'est un vrai plaisir pour moi de revenir au blog, plus régulièrement. Et surtout avec des articles construits un peu différemment. Ce tournant dans mes lectures en 2018 aura été très bénéfique pour moi, j'espère que ça le fera aussi avec toi :)

      Supprimer
  2. Tu sais à quel point tes mots raisonnent en moi 🖤 Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Mille MERCI 🖤 pour cet article qui fait écho en moi tellement fortement, grande mélancolique depuis toujours, en me permettant d'apporter un regard différent sur ma mélancolie, mes baisses de moral, et de les considérer comme des opportunités créatrices finalement !

    Parfois on ne s'autorise pas à trop s'écouter dans ces moments, par peur de tomber trop bas et ne pas réussir à se relever. Ca a en tout cas longtemps été ma façon de gérer ces coups de mou qui duraient plus ou moins longtemps. Aujourd'hui, et énormément grâce à toi, j'apprends à vivre plus en accord avec mes besoins profonds, mon corps de femme et tout ce que ça implique, et à m'écouter et laisser la place à toutes mes émotions, quelles qu'elle soient... ça change tout !

    J'ai pris beaucoup de plaisir à venir sur ton blog aujourd'hui et découvrir tous ces nouveaux articles... J'aimais aussi lire tes chroniques, mais avec cette nouvelle formule, je trouve que cela permet potentiellement à chacun de pouvoir s'y retrouver, même lorsque l'on n'est pas forcément attiré par les lectures que tu présentes.

    Laura

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Oui c'était une façon de redonner un peu de souffle au blog, qui était devenu une sorte d'annuaire de chroniques, ce qui n'était finalement pas réellement ce que je voulais partager ^^

      Supprimer
  4. Bonjour Margaud et merci pour ce bel article. Tes mots sont doux et réconfortants. Tu es, à toi seule, un vrai remède à la mélancolie !! C'est véridique. Tu prodigues de si bons conseils et on se sent toujours bien lorsqu'on te lit (ou qu'on voit tes vidéos). Souffles bien et encore merci. Alicia R.

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Margaud <3 J'espère que tu te sent mieux ! Cet article me touche beaucoup. C'est beau la façon dont tu parles de ce sentiment de tristesse. C'est inspirant, ces moments que tu crées pour te sentir mieux. Si je comprends bien c'est ta 1ère lecture de "Lune Rouge", ce livre est magnifique ! Je l'ai lu il y a une année et cela m'a beaucoup aidée dans ma relation avec mon corps de femme. Étonnement depuis lors je n'avais toujours pas commencer à tenir un carnet de mes lunes, jusqu'à ce mois-ci ! J'ai hâte de pouvoir créer mon cadran lunaire dans 3 ou 4 cycles.
    Les joies d'en bas, m'avait beaucoup attirée en librairie l'été dernier, j'espère le lire un jour.
    Actuellement je lis des passages de "Sagesse et pouvoirs du cycle féminin", de Marie Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc. C'est un livre magnifique !
    Je ne sais plus si je t'ai déjà parlé de l'oracle "Féminitude", mais il devrai te plaire si tu ne le connais pas déjà !
    Voilà, comme tu le comprends peut-être, il y a eu des changements depuis le dernier message que je t'ai écrit sur Livraddict : J'ai renoué avec "tout ça" et cela me fait un bien fou.
    Je t'envois de douces pensées.
    Gros becs,
    Jade

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...