mardi 24 janvier 2017

La Passe-Miroir, tome 2 : Les disparus du Clairedelune

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au coeur d'une redoutable vérité.


Mon avis

Deux ans plus tard. Oui, oui… j’ai attendu un bon moment avant de poursuivre ma lecture de La Passe-Miroir, mais l’éditeur et/ou l’auteure ont eu la bonne idée de faire un petit mémo sur le tome 1 au début du livre. Car si comme moi vous lisez pleins de séries en même temps, avoir ce genre de récap, c’est bien utile.

Je ne vais pas m’attarder sur le style de Dabos, encore une fois je m’incline, comme pour le premier tome. C’est beau, les mots coulent tout seuls, et une fois qu’on a lu la première page, on se laisse embarquer comme la première fois. Nos yeux glissent sur les pages, et hop, 550 pages d’avalées comme si de rien n’était. Mais pas de coup de cœur. Pas comme le premier. Il possède malheureusement LE fameux défaut des seconds tomes : liaison entre le premier et le troisième tome. Je m’acharne chaque fois sur les tomes 2, je sais, mais c’est quelque chose qui me fait tiquer. Dabos aurait pu m’en donner plus ! Pourtant, Les disparus du Clairedelune ne nous ménage pas, on a de l’intrigue, certains personnages nous offrent une belle évolution et de chouettes rebondissements. Mais quand le cliffhanger final arrive, je me dis « ces 550 pages pour me faire une seule révélation ? » Oui, je suis insatisfaite, parce que j’en voulais plus. Je voulais apprendre plus de choses, y voir un petit rayon de soleil dans cette intrigue très forte et très mystérieuse. Finalement, je n’ai eu qu’une légère éclaircie avant que les nuages ne viennent tout assombrir à nouveau.

Ophélie me plaît toujours autant. Et avec ses péripéties dans le premier tome, j’avais hâte de la retrouver et voir comment elle allait se débrouiller dans les hautes sphères de la Citacielle. Et elle m’a impressionnée, elle ose affronter certains personnages que tous les concubins redoutent, monte le ton avec Thorn et décide de ne plus se faire marcher dessus. Elle ne se fait plus passer pour la pauvre petite chose d’Anima, maladroite et pas à sa place. Quitte à rester bloquée au Pôle toute sa vie, autant prendre les devants ! Ici, elle comprend aussi que son statut est important, qu’elle peut exiger certaines choses, et protéger les personnes qu’elle aime. Elle fait preuve de beaucoup d’intelligence, et n’hésitera pas à se mettre elle-même en danger pour défendre Berenilde ou encore Renard. Continue comme ça Ophélie, impressionne-moi encore, je suis sûre que tu me réserves de belles surprises pour la suite.
Thorn m’a par contre légèrement déçue. Il est toujours très froid, et même si on assiste à quelques scènes où il se dévoile un peu, ce n’est pas encore ça. J’aurais voulu le découvrir un peu plus, comprendre mieux ce personnage. Il reste encore très, voir trop mystérieux. À force de jouer la carte du personnage mystérieux, blessé avec une profonde ambition qu’on ne comprend pas encore totalement, je risque de me lasser. Et au contraire, préférer le personnage d’Archibald. J’étais triste de ne pas plus le voir, ce personnage qui possède tellement de failles ! Je le sens, ça se voit. Je ne spoilerai pas, mais le passage sur sa chambre, que personne n’a jamais vu, m’a fendu le cœur. Sans en faire des tonnes, la description de cette pièce nous apprend énormément de choses sur Archibald.

Le gros plus de ce tome, ce sont les nombreux endroits du Pôle que nous allons enfin visiter ! Le premier tome s’arrêtait sur un ou deux endroits, et j’avais hâte d’en découvrir plus. Là, j’ai été conquise, entre la Citacielle et toutes ses sphères, et les alentours qu’on découvre dans la seconde partie du roman, c’était un plaisir ! L’intrigue est bien menée, l’enquête autour des disparus est intéressante, mais mange énormément la grosse intrigue principale, du coup on avance sur cette histoire de disparus, mais on patauge un peu plus sur le reste. Le livre. Farouk. Dieu. Il me reste beaucoup de questions, qui n’ont trouvé que très peu de réponses. J’espère vraiment que le troisième tome m’apportera plus sur l’intrigue principale.
La révélation finale est top ! J’ai trouvé ça très intelligent et surprenant. Dabos aurait pu partir vers la facilité, et elle ne l’a pas fait. Elle apporte encore une autre dimension à son histoire, un gros rebondissement en plus, et ça, c’est fort ! Donc pas un coup de cœur, mais ce n’était pas loin. Cette suite est très bonne, bien mieux que certaines passerelles entre un premier et troisième tome que j’ai pu lire, mais j’aurais voulu être plus rassasiée à la fin.

Auteure : Christelle Dabos
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Grand format littérature
Parution : 29 octobre 2015
Pages : 550
EAN-13 : 9782070661985

14 commentaires:

  1. Ce deuxième tome plus faible, je le croise uniquement sur les trilogies. Dans le cas de figure de cette tétralogie, je n'estime pas que c'est une question de liaison mais du traitement des intrigues en cours. Ceci dit, ce défaut est mineur à mes yeux et j'ai adoré dévorer ce deuxième tome.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Limite j'ai peur que 4 tomes ça soit trop... Que ça tire cette intrigue principale en longueur, et qu'on ajoute des intrigues mineurs pour combler.

      Supprimer
    2. C'est également une de mes craintes.. J'avais déjà trouvé que le premier tome traînait un peu en longueurs... :/

      Supprimer
  2. Il faut vraiment que je m'y mette! Le premier tome est dans ma PAL depuis bientôt un an...

    RépondreSupprimer
  3. J'aimerais beaucoup découvrir ce tome 2 après avoir carrément dévoré le 1 ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré ce second tome, plus que le premier. Je l'ai savouré mais je comprends ce que tu veux dire en parlant de tome liaison entre le premier et le troisième, et j'aurai aimé en apprendre aussi plus sur Thorn. J'espère que ce sera le cas dans la suite !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai préféré le premier tome au deuxième également mais j'ai tout de même beaucoup aimé Les Fiancés du Clairedelune. Mais je me suis quand même rendu compte que je me rappelais davantage du premier tome… Je serai bien incapable de faire un résumé du deuxième ! (Mais bon, je ne suis pas très douée pour retenir les détails de toutes mes lectures — je galère quand je lis des séries ^^).

    RépondreSupprimer
  6. Ah, moi aussi j'ai encore beaucoup beaucoup de questions. J'ai enchaîné les deux et j'ai aussi beaucoup aimé. J'aime l'univers et sa complexité, en fait.

    RépondreSupprimer
  7. Mais comment ? Quoi? N'as-tu pas été touché par la scène de fin entre Ophélie et Thorn? Moi ça m'a mit parterre! Puis les révélations goutte à goutte de Thorn ne sont-elles pas le miroir de sa personnalité? Vu ce qu'il a vécu... Chat échaudé craint l'eau... non? La confiance, c'est un art délicat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas, pas été touchée, mais pas autant que toi je pense. Archibald me semble beaucoup plus intéressant que Thorn finalement. Le goutte à goutte c'est sympa, mais des fois il faut savoir mettre les bouchées doubles, histoire de faire avancer l'histoire.

      Supprimer
    2. Peut-être que Thorn saura te surprendre à nouveau dans le prochain tome. Ce serait sympa pour une fois que le stéréotype du beau garçon (même s'il a de la profondeur) n'ai pas forcément gain de cause à la fin :)
      Après je ne suis pas objective, j'adore les anti-héros aux cœurs brisés ;)

      Supprimer
  8. Peut-être que ce n'est pas pour rien que tu n'aimes que très rarement les deuxièmes tomes de saga. Les duologies sont obligées d'aller droit au but (comme Aeternia) et les longues sagas (les Orphelins Baudelaire ou l'Epouventeur) sont par définition des épisodes avec un fil rouge où l'on sait de par le nombre de tomes que nous n'aurons pas de réponse avant un moment. Tandis que les sagas de 3-4 tomes sont un peu "bâtardes" de ce point de vue-là. Ce type de saga va vite mais pas trop, creuse un l'univers sans en faire de nombreux épisodes. Je ne sais pas si je m'exprime bien, mais les deuxièmes tomes de ce genre de saga sont forcément moins intenses par rapport aux premiers qui eux ont annoncé la grosse intrigue, et qu'avant d'arriver au dénouement on se balade dans ce monde, on découvre d'autres personnages, on s'intéresse à d'autres intrigues.
    Je trouve que Les disparus du Claire de Lune est un bon deuxième tome, parce qu'il nous donne quelques clés en nous laissant nous faire nos propres théories et cette autre intrigue des disparus s'inscrit bien dans l'histoire principale, permet de développer les personnages et de découvrir des choses qui nous éclaire sur l'intrigue principale.
    Bref, désolée d'avoir autant écrit, ça me tenait à coeur ^^ Merci pour ta chronique! <3

    RépondreSupprimer
  9. Je viens de le terminer. Toujours aussi bien. Il me tarde de lire la suite maintenant :)

    RépondreSupprimer
  10. C'est marrant je ne l'ai pas trouvé en dessous moi, je l'ai toute super juste! Et la scène entre Thorn et Ophélie à la fin était juste whaou!!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...