vendredi 10 mars 2017

La peur



C’est quelque chose d’assez commun ; avoir peur. On peut être tétanisé à l’idée de prendre l’avion, ou d’affronter l’araignée qui se tapit dans le coin de la chambre. On a tous peur de quelque chose. Mais la peur d’aujourd’hui, c’est une peur liée à notre société. Celle qui te ronge quand tu approches de la boîte aux lettres. Celle qui te tord l’estomac quand tu lis un courrier incompréhensible, parce que ça vient de l’État, donc on utilise un vocabulaire d’État, donc tu n’en comprendras pas la moitié, débrouille-toi. Une autre enveloppe avec un bulletin de versement ? Un montant à payer ? Dans le doute, je le paie avant de savoir exactement ce que c’est, comme ça je ne risque rien. Peur de téléphoner. De recevoir des appels de numéros inconnus. Peur des titres de mails. De lire ces mails. D’écrire un mail, pour poser une question. Demander un renseignement. Peur de ne pas savoir ce que je veux dans la vie. De ne pas oser faire certains choix. Peur de faire faux. De paraître bête de ne pas savoir. La liste est longue.

À 20 ans, je me disais que c’était normal d’avoir peur. J’entrais tout juste dans ma vie d’adulte, en quittant la maison de papa-maman. Remplir des papiers, payer des factures, faire des demandes et passer des coups de téléphone de grands, je pensais que c’était une habitude à prendre. Six ans plus tard, j’ai toujours peur. Alors je repousse, je me dis que si c’est fait demain, ça ira aussi. Et le lendemain, je recommence. Et un jour où je suis plus courageuse, je prends tout ça, et je règle tout. Sur le moment, je me sens bien, et grande, et invincible. Mais après, tout reprend comme avant. Et j’ai de nouveau peur.

Certains articles parlent de phobie administrative. Traitant les personnes atteintes de fainéants, ou encore de radins. Et si c’était simplement des gens effrayés par tout ce qu’il faut faire, et connaître des choses comme si ça coulait de source ? À quand des cours obligatoires à l’école (CO, Lycée, qu’importe le pays dont vous venez), qui apprennent enfin aux jeunes ce qu’ils devront faire après, quand ils n’auront plus papa ou maman pour les aider. Car non, tous n'ont pas ma chance d'avoir leurs deux parents prêts à les écouter et à leur venir en aide.
Leur apprendre à comprendre les courriers importants. Je ne suis pas une personne désorganisée, j’ouvre, je traite, je classe, mais je n’en reste pas moins effrayée. Je me réveille tôt le matin, la peur au ventre, pensant aux choses qui m’attendent aujourd’hui. Vais-je enfin rédiger cet email pour demander un virement ? Oui c’est sur ma liste depuis 15 jours. Mais aujourd’hui, c’est la bonne ! Ou demain ?

42 commentaires:

  1. Maman de deux jeunes adultes un poil plus âgés que vous, je suis souvent sollicitée pour les aider dans des démarches (moi que ça ne rebute pas). Ce n'est pas parce que les jeunes n'habitent plus chez les parents que les parents ne sont plus là pour eux...(enfin, c'est mon point de vue) Donc papa-maman ne pourraient-ils pas vous aider un temps dans des démarches jusqu'à cela devienne facile pour vous?
    L'école peut en effet apprendre certaines choses, mais les parents sont aussi là pour éduquer leurs enfants dans les choses de la vie! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes parents sont là pour m'aider. Ce n'est pas le sujet de l'article. De ma propre initiative, j’estime qu'à un certains stade de ma vie je devrais mieux comprendre ces démarches. Papa-maman sont là pour m'aiguiller, mais c'est quand même à moi de prendre le téléphone et de passer les appels.

      Supprimer
  2. Merci pour ton article, je me sens beaucoup moins seule ! Je repousse toujours ces choses là au lendemain, puis encore au lendemain, etc. Je n'aime pas appeler (même pour prendre un simple rendez-vous chez le coiffeur) ni décrocher quand c'est un numéro que je ne connais pas... Et je ne comprends pas pourquoi car le téléphone (et la personne qui est derrière) ne mord pas ! Pour tout ce qui est facture et papier administratif, je ne m'en occupe pas, c'est souvent mon copain qui le fait. Alors quand ça m'est adressé, c'est limite la panique. Qu'est-ce que l'on me veut ? Je dois payer un truc ? Bref, je sais maintenant que je ne suis plus seule dans le cas ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me vois trop dans votre commentaire c'est un truc de fou

      Supprimer
  3. Très bonne idée d'article ! Et très bonne idée les cours d'apprentissage de toutes ces choses finalement si indispensable dans la vie d'aujourd'hui !
    Je suis encore chez mes parents, et je commence à beaucoup penser à emménager avec mon copain, et c'est vrai que toutes ces choses-là me font peur, peur de ne pas savoir faire tout ça, peur de paraître ridicule, peur de prendre en main sa "vie d'adulte"... c'est rassurant de voir que toi aussi, ces choses te font peur, tu as toujours l'air si sûre de toi, si active, si pleine d'enthousiasme, merci de partager aussi tes peurs <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais justement montrer un autre aspect. Et oui le 90% de mon temps je suis comme dans les vidéos, pleine de vie et de joie, et de courage aussi. Mais il y a un petit 10% effrayant, qui se cache en moi. Et qui arrive toujours quand il ne faut pas. Heureusement, je sais que je peux toujours compter sur mes parents, encore maintenant, pour me soutenir et m'aider à avoir moins peur.

      Supprimer
  4. Coucou Margaud !

    Comme cet article me parle, c'est impressionnant... A bientôt 25 ans, je redoute d'ouvrir ma boîte au lettre, d'ouvrir le site de paiement en ligne du CROUS, d'aller voir si la CAF ne me demande pas de nouvelles attestations, j'en passe et des meilleures. Quand la banque m'envoie un mail, l'angoisse remonte comme une bile amère dans mon gosier et j'ouvre frénétiquement pour être sûre de le faire. Sinon, je me connais, ça peut durer...

    Est-ce que c'est le mal d'une génération ? Une prof qui m'a prise sous son aile quand je suis sortie de prépa ne comprenait pas que je ne rappelle jamais, que je n'écoute pas les messages téléphoniques, etc. Les "adultes" ou du moins les personnes de la génération d'avant, ne semblent pas comprendre, comme si ça ne leur était jamais arrivé.

    Qu'est-ce que tu en penses ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cette impression aussi. Ou alors, ce sont des gens comme nous, qui n'ont jamais eu l'occasion de dire qu'ils en avaient peur, ou qu'ils n'y comprenaient rien. Avec Internet aujourd'hui, chacun peut témoigner comme il l'entend, sur tous les sujets. Nos parents n'avaient pas cette possibilité. C'est peut être une explication.

      Supprimer
    2. Mais même, au delà des témoignages, j'ai l'impression :) Quand ils nous prennent "la main dans le sac" à ne pas répondre au téléphone / mail ou à ne pas mettre nos comptes à jour, c'est comme si c'était incompréhensible pour eux...

      Supprimer
  5. Si ça peut te rassurer, j'ai 22ans et je me sens un peu comme toi. Je repousse les choses au lendemain et je les fais un jour où je suis plus courageuse, exactement comme tu l'as dis. Je n'aime pas non plus téléphoner, haha. Devenir et être adulte c'est pas évident et la vie non plus. Alors je pense que c'est normal d'avoir peur.

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Margaud,

    J'ai beaucoup aimé cet article, je m'y retrouve finalement assez bien. Cependant, je ne suis pas vraiment d'accord avec la dernière partie de ton article. Je ne pense pas que ça soit à l'école de nous apprendre ce genre de choses. Selon moi, il y a des sujets beaucoup plus importants à aborder dans un cadre scolaire que l'administration (comme le racisme, le sexisme et j'en passe). Par contre, je trouverais ça bien si l'État simplifiait ses demandes, en utilisant un vocabulaire moins compliqué, quitte à ajouter des définitions en bas de page par exemple.

    Je te souhaite une bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi on peut faire évoluer l'école maintenant (je ne sais pas en France, mais en Suisse ça fait un moment que rien ne change) et justement intégrer de nouveaux cours. Comme ceux que tu cites. Ainsi qu'une partie : ta vie d'adulte, voilà comment commencer. Tout simplement parce que le monde n'est plus celui de nos parents, et que nous avons besoin nous, mais aussi nos enfants auront besoin, de savoir dans quoi ils mettent les pieds. Certains, comme moi, ont heureusement eu des parents pour leur montrer. D'autres ont du apprendre sur le tas. L'école, ou l'état, devrait proposer ce genre de formation. Tous les trimestres. Pour appréhender la suite.

      Supprimer
  7. Oh margaux.... je me retrouve tellement dans ton billet! Comme toi, je ne pense pas que ce soit une peur de dépenser ou une flemmardise, au contraire j'adore m'organiser, classer, ranger etc. Mais j'ai cette angoisse certains matins, certaines fois en jetant un coup d'oeil sur les étagères à classeurs, sur la pile de courrier sur mon bureau. J'ai une crainte profonde en recevant chaque lettre officielle qui est peut-être là pour casser mon quotidien tranquille. Je suis exténuée par cette charge de documents, de dossiers à remplir, à renvoyer, des dates butoirs qui, si elles ne sont pas respectées vont te hanter pendant des semaines avec des charges administratives supplémentaires et pas que. Les appels, l'attente, l'angoisse, l'angoisse de ne jamais savoir comment ça va vraiment se terminer, si ça ca sera jamais fini.
    Cet article change un peu mais j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  8. Coucou Margaud, très bel article. A la maison c'est moi qui m'occupe des papiers et parfois ça m'angoisse, me gave aussi et j'ai tendance à y aller à reculons. Les papiers sont parfois complexes à comprendre même pour quelqu'un qui a fait L et à acquit un certain vocabulaire. Si ils simplifiés ça ce serait déjà pas mal. Alors oui les parents donnent un apprentissage aux enfants mais pour plein de raisons différentes, parfois ils ne le font pas (rupture familiale par exemple) ou ne sont plus de ce monde pour nous aider. Ce serait bien qu'on apprenne aux gens les différentes choses à savoir à l'âge adulte que ce soit à l'école ou qu'il existe une formation gratuite pour ce genre de choses. Etre adulte ça paraît tellement cool quand on est ado, mais une fois arrivé on se rend compte que c'est une vraie galère à gérer au quotidien.
    Bonne journée!!!

    RépondreSupprimer
  9. Ça fait bizarre de lire des choses qu'on pense être seule à ressentir. Tes mots définissent si bien ce sentiment de stress permanent avec lequel je vis. On essaye de l'ignorer, on y arrive presque sauf que la sensation désagréable dans le ventre quand tu te réveilles le matin te rappelle que ça va pas. Mon chéri fait souvent la même réflexion que toi, pourquoi on apprend pas ces choses concrètement à l'école?? Le problème de cette société c'est aussi qu'on est trop nombreux à souffrir silencieusement du même maux parce qu'on ne comprend pas pourquoi rien n'a été encore fait.

    RépondreSupprimer
  10. En lisant ton article, je me sens moins seule. J'ai toujours été paniquée en pensant à tous les trucs administratifs qu'on doit gérer dans la vie, et à cause de ça, j'ai souvent l'impression de ne rien comprendre au monde. J'ai l'impression que je serais bien incapable de trouver un appart si je cherchais seule (là on cherche une coloc), à cause de tout l'aspect administratif, comprendre tout.

    D'ailleurs je crois que j'ai peur de ça depuis toute petite. Quand j'avais dans les 8 ans, il paraît que j'étais très inquiète et que je demandais souvent à mes parents "comment on fait pour acheter une voiture ?", "comment on fait pour acheter un appartement ?", "est-ce que quand je serai grande il y aura encore des appartements libres ?", etc.

    Bref l'administratif c'est pas drôle du tout, et je ne comprends pas comment font les gens que ça ne dérange pas (d'ailleurs est-ce qu'il y en a ? haha) !

    En tout cas, bon courage avec tout ça, je comprends ta peur, et j'espère que tu arriveras à gérer tout ça malgré tout. Je t'envoie tout mon soutien !

    RépondreSupprimer
  11. Une superbe idée d'article, très personnelle, et en même temps universelle.
    Au début, ça me foutait une trouille de tous les diables moi aussi ! Maintenant non, grâce à ma petite sœur qui, elle, n'a jamais eu peur. C'est une combattante, une agressive de la démarche administrative qui a su me transmettre un peu de son mordant. Elle ne se laisse pas impressionner par tout ça, au contraire, elle parvient toujours à tout retourner à son avantage !!
    Avant, j'appelais toujours ma maman pour avoir de l'aide, un peu honteusement d'ailleurs :P Et puis un jour, j'ai réalisé que si ma petite sœur pouvait le faire, je le pouvais moi aussi !!
    Et je le fais. Je prends tous ces problèmes administratifs qui parlent une langue différente de la mienne, je les secoue pour remettre les mots dans l'ordre ou leur rendre leur simplicité, et j'attaque ;)
    héhéhéhéhé
    La plèbe vaincra petit renard !!! :3
    Des bisous à toi et toute ta petite famille

    RépondreSupprimer
  12. A 23 ans j'entre tout juste dans ce monde d adulte...et tu viens de résumer à la perfection mon sentiment vis à vis de toutes ces démarches de recherches d emplois, de papiers à remplir alors que je n'en comprends pas la moitié, les coup de téléphone pour lesquels il me faut parfois deux semaines pour trouver le courage de décrocher mon téléphone...

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  14. Ma pauvre avec ta louloutte en plus maintenant tu vas en avoir de l'administratif... J'étais un peu comme toi avant mais maintenant je prends mon téléphone sans problèmes si j'ai des questions à poser, je les pose car finalement la personne qui nous répond bah déjà 1 je m'en fou de savoir si je pose une question bête parce que je la connais pas et ne la connaitrais jamais, 2 doit répondre à mes questions parce que c'est son boulot et 3 si elle me parle mal moi j'hésite pas à répondre (alors que si elle était en face de moi je n'oserais pas lol). Attention je ne dis pas que ça me saoule pas non plus ! Parce que faut bien admettre que c'est méga casse pieds quand même :-D Mais au final je te rassure il y a plus de personnes aimables que le contraire. Et je crois qu'en France on doit être le pays qui a le plus d'administratif et de paperasses en tout genre alors vaut mieux pas avoir peur dis toi que t'y en a peut-être moins que nous :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en Suisse.... ^^ pour le coup je ne connais pas l'administration française. Je trouve celle de Suisse très bien construite et intelligente pour certaines choses. Et pour d'autres totalement à côté de la plaque. Entre des bureaux qui ne communiquent pas, auxquels tu dois t'adresser 20 fois pour la même chose. Et un vocabulaire incompréhensible... c'est pas gagné.
      Je me pleins, mais au final ce sont des choses très utiles, une fois qu'on a comprit le fonctionnement, et comment s'en servir.
      Avec ma fille c'est moins compliqué que pour moi étrangement ^^

      Supprimer
  15. Salut Margaud ! Même si de mon côté, je qualifierais ça davantage de "petite appréhension" que d'une vraie peur qui puisse être paralysante, c'est vrai que toutes ces démarches peuvent vite devenir stressantes. J'ai connu ça à l'université et avec l'enfer de son administration, et même après, ça ne s'est pas arrangé.
    C'est vrai aussi que tout le monde ne peut pas compter sur ses parents. J'ai personnellement perdu mon papa il y a un an, chez qui j'étais retournée vivre temporairement après mes études. Et là, il m'a fallu affronter tout un tas de démarches administratives auxquelles je ne connaissais rien, et entamer celles de la nouvelle vie que je devais me construire, notamment reprendre un nouveau chez moi. Heureusement, j'ai pu compter sur ma mère qui s'est toujours occupée de la paperasse de la maison avant le divorce, et elle a été un relai plus que nécessaire. Mais j'imagine combien un jeune, ou moins jeune même, peut se sentir complètement perdu face à tout ça quand ses parents ne sont pas là.

    RépondreSupprimer
  16. Coucou Margaux,
    Merci pour cet article! Pour ma part je suis sortie de l'école et j'ai immédiatement déménagé en changeant de pays pour rejoindre monsieur. Je suis à 300 km de mes parents et naturellement ils ne connaissent pas les démarches du pays ou je suis donc ton article me fait me sentir moins seule parce que honnêtement parfois j'ai l'impression d'être idiote de pas savoir ce genre de choses...

    RépondreSupprimer
  17. Très bel article.

    En toute honnêteté, je ne me sens pas vraiment concernée la peur d'entamer des démarches. J'ai eu la "chance" (aujourd'hui, je le considère vraiment comme une chance, même si j'ai maudit mes parents à l'époque) d'avoir été un peu "laissée tomber" par mes parents pendant mon début d'adolescence. Par la suite, ils ont été très pris par leur travail et ont eu encore moins de temps à m'accorder. Leur attention était surtout focalisée sur mon frère qui avait plus de problèmes que moi. Je suis donc devenue très tôt débrouillarde et autonome.

    Le problème que tu soulignes ici n'est pas tant celui de s'en sortir avec l'administration, mais plutôt celui de trouver le courage de s'y frotter - c'est, du moins, le ressenti que j'ai eu en lisant ton article.
    Ce qui m'a aidé à surmonter cette peur (ajoute à ça que je suis assez timide, ce qui est assez handicapant) c'est de ne pas considérer l'administration comme un ensemble de personnes, mais comme un programme informatique. Ne plus considérer les mails et les coups de téléphone comme des "contacts avec des personnes", mais comme des requêtes informatiques, m'a aidé.
    Pour moi, appeler l'administration revient à défragmenter le disque dur de mon PC : c'est long, c'est ch***t mais une fois que c'est fait ça fonctionne mieux.
    Ça m'a vraiment débloquée de déshumaniser l'administration et de la considérer comme un programme informatique (parce que c'est exactement la même chose : on soumet une requête [une ligne de code], la requête est traitée [le processeur calcule] puis elle est effectuée ou refusée [ERROR 404/Blue Screen/Recommencer avec d'autres paramètres]).
    Je te rassure tout de même, quand je parle à des bureaucrates, je suis polie et courtoise (en général, quand je suis pas en train de péter un boulon à cause des problèmes et des lenteurs qui s'entassent) et je considère mon interlocuteur/-trice comme un être humain. De toute manière, je ne parle pas binaire couramment.

    En revanche, ce qui me fout une frousse bleue, ce sont les risques de problèmes et de lenteur qui peuvent bloquer la procédure. Une fois que je lance un truc, j'angoisse à mort en me demandant quand ça va coincer et quelles conséquences ça va avoir.
    Par exemple, en 2015, j'ai pas été loin de finir à l'hôpital à cause d'un problème administratif qui m'empêchait d'avoir accès à des soins qui me sont vitaux.

    Face à l'administration, j'ai développé une forme de résignation et de colère permanente qui m'aident à entamer des démarches ou à réclamer quand ça ne va pas. Mais je pense que c'est le genre de choses qui ne s’acquièrent qu'avec le temps, et encore ! Je vois donc mal comment l'école pourrait nous préparer autrement que théoriquement à affronter l'administration. De manière générale, l'école ne nous apprend pas "la vie". Ça, on l'apprend sur le tas.

    Après, ma philosophie est aussi celle-ci : « Plus vite commencé, plus vite terminé ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'école pour moi, doit pouvoir nous dire de faire attention, ou être attentif à certaines choses. Oui il y aura du cas par cas de toute manière. Mais on va tous faire des études, ou trouver un emploi, quelles sont les choses auxquelles nous avons droit, à qui demander ? Juste une base. Je demande pas à ce qu'on pousse le truc trop loin. Mais juste savoir remplir une demande pour assurance maladie, savoir quels papiers sont nécessaire pour un premier appart, etc. Des petits trucs basiques. Le reste s'apprendra sur le tas comme tu dis.

      Je retiens le système informatique. Je vais essayer de me dire ça pour le prochain mail ;)

      Supprimer
    2. Je suis désolée d'avoir pondu une tartine pareille ! ^_^'

      Je pense aussi qu'on devrait dispenser une journée information sur l'administration dans les écoles à l'issue de laquelle on nous remettait un dossier avec les marches à suivre essentielles (comment trouver un travail, quels organismes peuvent nous aider à créer une entreprise, comment fonctionne la sécurité sociale,...) et surtout prévenir que ce sera long et fastidieux !
      Et conseiller de se préparer des tartines et un café quand on passe un coup de fil... -_-

      Supprimer
  18. Je me reconnais teeeeellement dans cet article. J'étais pareille, pétrifiée par toutes les démarches administratives et le téléphone. Et puis... Ça finit par venir, je crois. J'ai eu ma fille et ça m'a aidée à grandir sur certains points. Là dessus je n'ai plus vraiment d'angoisse. Mais ça dépend des moments. Parfois je repousse certains appels, oui. Des fois, je fais exprès d'oublier. Et puis je me rappelle que je suis costaude, que je n'ai pas de raisons d'avoir peur. Qu'à priori, j'aurais des personnes en interlocuteurs qui sont probablement comme moi, avec leurs angoisses. Et ça me rassure.
    Et quand je comprends pas un papier, je demande à mon Monsieur, des fois on se prend la tête dessus, mais on finit toujours par s'en sortir. Et je regarde derrière moi et je dis : t'as vu, tu l'as fait comme une grande. Et ça m'aide pour la fois suivante.
    Mais je suis assez d'accord avec toi. On devrait donner des cours/des formations quand on est jeune. Pas forcément pour tout apprendre, mais pour appréhender la façon dont il faut procéder. Parce qu'il y a une vraie angoisse, aujourd'hui, avec ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui à deux c'est toujours plus facile. Même si des fois on est pas avancé plus, au moins on réfléchit ensemble. Et je me dis qu'un jour ça viendra. Je ferais les choses beaucoup plus sereinement.

      Supprimer
  19. Je me sens moins seule mais pour le coup je ne peux pas demander à papa-maman car c'est beaucoup plus eux qui me demande donc je dois prendre sur moi

    RépondreSupprimer
  20. Je me joins au coeur général pour dire que je me reconnais aussi dans ce que tu as écris. J'avance tout de même mais ce n'est pas toujours évident et certaines démarches administratives sont particulièrement angoissante car elles relèvent du parcours du combattant et la personne en face vous prend carrément pour une abrutie de ne pas savoir certaines choses. Comme si ce genre de connaissances était livré en pack avec le passage à l'âge adulte.

    RépondreSupprimer
  21. Je travaille dans l'administration publique et je comprends parfaitement ton ressenti.
    L'Etat nous transmet des procédures parfois très complexes qu'on est obligé d'appliquer à la lettre. Avec ma collègue, on essaye de rendre cela le plus clair et lisible possible pour les administrés. On a fait des fiches synthétiques et surtout, on prend le temps d'expliquer aux gens et de faire avec eux si besoin. On prend du temps alors que l'on en a pas...
    Je ressens aussi cette peur dont tu parles si bien lorsque je me retrouve moi-même face à une situation complexe. Mais surtout je ressens de la peur pour ces administrés que j'essaye d'aider le mieux possible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment top de votre part! Quand j'ai enfin le courage d'appeler, j'ai souvent la chance de tomber sur des gens comme vous. Très gentils, et prêt à m'expliquer clairement ce que je dois faire. Mais on tombe aussi tellement souvent sur des gens qui pensent que ça coule de source pour tout le monde... que ça en devient angoissant.

      Supprimer
    2. Je connais aussi ! Certaines personnes nous donnent l'impression d'être bête et de les déranger... Cela donne une belle image de l'administration publique --'
      Néanmoins, je dois bien avouer qu'il m'est arrivé à multiples reprises de me faire insulter pour une chose qui n'est pas de mon ressort... On essaye de débloquer la situation mais on n'a pas toujours la compétence pour. On a beau essayer de faire comprendre cela aux gens et de leur expliquer au mieux et de façon la plus claire possible ce qu'ils doivent faire, on s'en prend souvent plein la figure... (verbalement et physiquement)
      Malgré tout, j'aime mon métier et je dois bien avouer qu'entendre un petit merci de temps en temps me fait plaisir :)

      Supprimer
  22. J'ai vu ton article ce matin sur mon fil Facebook et intrigué je suis venu le lire.
    Je me suis totalement retrouvé dans tes propos, je suis ce genre de fille qui a peur du courrier qu'elle reçoit et de devoir appelé les administrations, j'ai crée ma petite entreprise sur Etsy et quand il a fallu choisir mon statut j'ai fait des erreurs, j'ai réussi a faire le changement qu'il fallait pour devenir finalement auto-entrepreneur. Seulement les administrations elles n'ont pas tout régularisé, j'ai vécu un an avec la peur a ventre a chaque fois que j'avais un courrier concernant mon statut, un an ou je me voyais avec des huissiers sur le dos alors que ce n'était que de simples papiers, mais ça me terrorisait de faire les mauvais choix et de me retrouver avec des choses a payer où des soucis de régularisation. Depuis tout est arrangé mais je suis toujours stressé de recevoir un courrier à ce propos ou bien d'une autre administration. J'espère un jour sortir de cette peur qui me donne le palpitant a chaque fois. Ce n'est pas normale de ce retrouver ainsi devant de simple bout de papier ou en train de passer des coups de fils en se rongeant les ongles. Alors j'essaye de me challenger, de me détendre et de régler ça sans trop trainer mais sans non plus me mettre la rate au cours bouillon comme on dit :) y'a quand même bien plus grave dans la vie :p enfin j'espère :)
    JE trouve l'idée de cours sur ce sujet très intéressant, en france nous avons des cours sur l'éducation civique, je pense que cela pourrait être abordé en études supérieur aussi avec des aides pour nos démarches :)
    Merci pour ton article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les statuts... ohlalala. C'est là que je suis heureuse d'être simple employée. J'adorerais ouvrir mon propre truc. Mais la peur des papiers, etc, me freine beaucoup trop.

      Supprimer
    2. Juste pour info : en France et en Belgique il existe des organismes gratuits pour la plupart qui aide à la création/reprise d'entreprise ainsi qu'à la bonne tenue des papiers et des comptes. Il existe aussi des réseaux d'entrepreneurs qui s'entraident dans les démarches.

      Je pense que ce genre de chose doit aussi exister en Suisse, non ? Je pense que si tu as vraiment envie de te mettre à ton compte, ça vaut la peine de creuser :-)
      Si tu veux, j'ai une amie qui s'est installée à son compte en Suisse, je pourrais lui demander des infos, si tu veux :-)

      Supprimer
    3. Avec l'arrivée de ma fille c'est pas une priorité. J'ai pas creuser beaucoup non plus, par manque de temps aussi. Là je traverse un petit déluge administratif justement, donc je vais éviter d'en remettre une couche tout de suite. Mais quand ça me prendra sérieusement, je me renseignerais sur tout ça, et toutes les aides. C'est très gentil en tout cas :)

      Supprimer
  23. Je me reconnais tellement dans cet article ! Pendant très longtemps je ne répondais pas au téléphone, je n'ouvrais même pas le courrier et je remettais toutes les démarches à plus tard. Finalement quand j'ai déménagé à la suite de mes études et changé de département je me suis trouvée un peu obligée de m'y mettre ne serait-ce que pour le changement d'adresse, de statut pour la sécurité sociale etc. Bref j'ai du affronter ma grosse peur, j'ai tout fait d'un coup et je crois que j'ai eu un déclic. Les démarches sont encore plus compliquées quand on les laisse traîner alors je préfère soigner le mal à la racine !
    Je sais que c'est une peur assez répandue, du coup je rappelle souvent à mes amis, collègues "hey ça y est on peut déclarer ses impots", "vous avez fait votre demande pour la caf ?" et je les aide ou je leur explique si besoin. J'aurais tellement eu besoin de quelqu'un pour m'aider à l'époque où je croulais sous la paperasse que je suis contente de pouvoir aider.
    Je pense en effet que l'école a un rôle à jouer dans l'éducation, les familles ne peuvent pas connaître toutes les démarches ! A chaque "grande étape de la vie" un cours : à la fin du lycée, au moment des inscriptions à la fac on devrait nous expliquer comment s'inscrire, faire une demande de bourse, une demande erasmus, comment chercher un appart, les documents à avoir, faire sa demande de CAF etc.
    Avant son diplôme pro : les démarches et les droits en tant que salarié, les différents types de statuts etc. Et pourquoi pas plus tard la retraite. Ça me semble tellement logique en plus, on ne peut pas deviner ce genre de choses ! Et puis nos démarches ne sont pas celles de nos parents, la société et l'administration évoluent tellement vite.

    RépondreSupprimer
  24. Un article très judicieux et très personnel. Je trouve cela courageux. Je suis moi-même souvent pétrifiée devant un numéro inconnu ou lorsqu'on sonne alors que je n'attends personne.
    On parle beaucoup de l'autonomisation des gens, mais personne ne nous apprend à faire certains courriers, à comprendre les factures, avant qu'on ne doive les payer. Les plus chanceux d'entre nous peuvent compter sur leur parents pour leur expliquer, les autres font ce qu'ils peuvent... J'ai face à moi des patients parfois plus vieux que moi qui ont du mal à se débrouiller (et clairement, ayant ton âge, tu te doutes que je ne suis pas forcément la mieux renseignée haha)
    En tout cas, je trouve ton article très bien écrit et c'est très courageux de ta part. Tout comme cela a été très courageux de te mettre devant une caméra la première fois. Les gens évoluent, les peurs aussi. Courage Margaud et merci pour cet article qui démystifie la chose, qui unie aussi. Parce qu'on voit alors, qu'on n'est pas seul à avoir peur de ce genre de choses.

    RépondreSupprimer
  25. Ouahou nous ne sommes pas seules !!! Et en plus tu as vu le nombre de personnes qui se sentent concernées par ton article ?! Je pense qu'on est finalement tous pareils. Peut-être que ce sont seulement les gens qui travaillent justement dans l'administration qui n'en ont pas peur... Heureusement que pour certaines démarches (achat de maison par exemple) on est plutôt bien guidés quand on a la chance de tomber sur des gens sympa et pas trop débordées (intérêt des petites villes). Mais il y a effectivement des choses que je ne comprends pas toujours... comme toi je paie pour être tranquille mais bon... Ce que je déteste ce sont les impôts et tout ce qui s'ensuit... et puis les rappels de je ne sais quoi, alors que c'est l'administration qui s'est trompée... Comme toi j'ai mal au ventre quand je pense que je dois traiter des questions administratives. Mais globalement, les personnes au bout du fil sont souvent plus sympa qu'on ne le craint, ouf. En fait, on est tous dans la même galère, donc ils peuvent pas tellement nous en vouloir :p

    RépondreSupprimer
  26. C'est très juste. Tu as trouvé les mots qu'il faut Margaud. Ça m'arrive assez souvent d'angoisser, de stresser pour des choses qui peuvent paraître banales : passer un coup de téléphone, demander un renseignement, écrire un mail à quelqu'un... Mais tu vois, j'ai sauté le pas ! Je t'ai écrit un mail, et je suis super contente de l'avoir fait. Je ne regrette vraiment pas, tu es une personne sympathique, chaleureuse, ouverte... Je suis heureuse de pouvoir correspondre avec toi. Une belle et douce soirée à toi et toute ta petite famille.
    Alexandra

    RépondreSupprimer
  27. Mon Dieu je suis exactement comme ça ! A 23 ans j'ai encore la chance d'avoir des parents qui peuvent m'aider à comprendre, mais j'essaye de me responsabiliser, ils ne seront pas toujours là ! Je te comprends donc, et j'espère qu'on sera toutes et tous un jour plus détendus par rapport à ça !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...