vendredi 31 mars 2017

Ma démarche zéro déchet : introduction

Cette tendance fait parler d’elle depuis quelques années maintenant. Le zéro déchet est en librairie, à la télé et bien sûr, sur Internet. J’ai découvert ce mode de vie en 2015, lors d’un reportage sur la « gourou » du genre, Béa Johnson, qui expliquait son parcours et son passage au mode de vie zéro déchet. Déjà là, elle avait fait mouche ! Depuis son reportage, j’ai arrêté d’utiliser des sachets en plastique dans les supermarchés, et je demande constamment aux vendeurs des magasins de ne pas me mettre mes articles dans un sac, « c’est gentil, j’ai ce qu’il faut ».

Aujourd’hui, j’ai envie d’aller plus loin. Et je me suis lancée réellement en janvier 2017. Depuis deux ans, j’essayais certaines choses, sans concrètement être efficace. Le zéro déchet est une démarche personnelle, que j’ai envie de rendre publique, pour sensibiliser des gens. Si malgré ça vous allez en supermarché pour mettre 3 carottes dans un sachet en plastique, je ne vous jetterai pas la pierre, je ne suis personne pour le faire. À travers ces articles, j’aimerais simplement partager avec vous, et vous montrer mon quotidien dans cette démarche. De votre côté, soit ça ne vous touchera pas, et ma foi tant pis. Soit vous y êtes sensible, et là on pourra partager ensemble.



Toutefois, j’aimerais vous rendre attentif à certaines choses :
  1. Je le fais dans mon coin depuis quelque temps, et je décide de le partager avec vous aujourd’hui. Ça vous donne le droit de commenter ce que je fais, mais je serais attristée de lire des commentaires condescendants ou méchants.
  2. Vous avez votre rythme, j’ai le mien. Pour plusieurs raisons, je ne peux pas passer à ce mode de vie du jour au lendemain. Restez respectueux envers mon rythme.
  3. Ainsi qu’envers mes erreurs. Quand on décide de changer pour des alternatives, on peut se tromper. Tester, et se rendre compte plus tard qu’il y a mieux. On ne le savait pas. J’aime tester, et me rendre compte de ce qui marche ou ne marche pas pour moi. Et j’essayerai de vous faire part de ces erreurs le plus souvent possible.
Pour résumer, je passe au zéro déchet pour plusieurs raisons :
  1. Économie : au niveau des sacs poubelles, des aliments, des objets jetables qu’on rachète, etc.
  2. Prise de conscience : quel monde vais-je laisser à ma fille dans 20 ans ? Je ne suis qu’une goutte dans l’océan du monde, mais mon effort de petite goutte peut déjà faire une différence.
  3. Faire soi-même et savoir ce qu’il y a dans mes produits. L’industrie du 21e siècle veut toujours aller plus loin, alors que peu de choses suffisent pour être efficace. Que ce soit en cuisine, ménage ou cosmétique, on sait trop peu ce qui se cache dans nos produits et ce qu’on pulvérise dans nos maisons et sur notre peau. Revenir à certains basiques coûte moins cher, et est meilleur, j’en suis convaincue. 
  4. Acheter chez les gens de ma région, qui produisent ce que je ne peux pas faire moi-même. Et donc savoir chez qui va mon argent, aussi.
Ces articles seront une sorte de journal de bord de mon chemin à travers ce nouveau mode de vie. Pas simple pour toute la maison de s’y mettre, donc pour certaines choses on va y aller petit à petit, d’autres choses ne sont pas de mon ressort (je ne vais pas forcer mon compagnon à se laver zéro déchet s’il n’en a pas envie). Je pense que tout ça nous fera une chouette expérience, pas de mal au porte-monnaie, et que du bon pour la maison et notre santé. 
Je vous retrouve prochainement dans le vrai premier article de cette nouvelle catégorie. Avec déjà mes premières impressions sur certains changements effectués il y a quelques mois/années. Et les autres suivront au fur et à mesure de mes découvertes.

En attendant, voici quelques liens (pas trop, ne nous polluons pas non plus d'info) que j'ai personnellement trouvé utile et agréable à suivre :
Et si vous êtes de la région de Fribourg en Suisse, le groupe Facebook est très sympa et donne des adresses zéro déchet dans les environs. 

28 commentaires:

  1. Ouiiii!
    Eh bien je trouve ça super! Hâte de lire tes articles à ce sujet.
    J'avais découvert Bea lors de la sortie de son livre et depuis, j'y vais aussi à mon rythme. Comme tu dis, chacun le sien, chacun met en place comme il le peut et chaque geste dans ce sens est à valoriser. Encourageons nous. Bienveillance bordel! :)

    RépondreSupprimer
  2. coucou Margaud, merci pour cet article. C'est vrai que le zéro déchet prend de plus en plus de place dans notre environnement et je trouve ça plutôt bien pour nous, pour notre planète mais également pour les générations à venir. j'ai hâte de voir ton prochain article sur le sujet :)

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui ! Je suis ravie de voir que tu es aussi intéressée par ce mode de consommation. J'essaie depuis deux ans de faire attention, mais vivant encore chez mes parents ce n'est pas simple. Pour ma part, je suis végétarienne mais je n'utilise pas de produits testés (du moins je fais de mon mieux). C'est parfois difficile de se faire entendre par son entourage mais je pense que c'est nécessaire et important d'être sensible à tout cela aujourd'hui. Je suis vraiment ravie de voir que tu es sensible à cette cause et je t’applaudis ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Excellente initiative, je pense que plus de gens devraient s'y mettre, même si ce n'est que pour quelques gestes du quotidien.

    Personnellement, j’essaie aussi de m'y mettre, même si ce n'est pas toujours évident.

    Je me suis mise aux produits ménagers à faire soi même, en testant la Galibox de la marque Galipoli. J'achète de plus en plus en vrac, je refuse les sacs pour certains produits (comme à la pharmacie) ou si justement j'ai peu de produits (genre un énorme sac pour une paire de chaussette ! X)).

    Mais je crois que ce dont je suis le plus fière, c'est d'avoir mis fin aux serviettes hygiéniques et aux tampons ! Je me suis mise à la coupe menstruelle, et franchement, ma vie à changer, et ça fait de sacré économies !:D Et puis, plus déchets ! Il n'y a que du positif dans cette aventure !

    Enfin, je pense vraiment que si tout le monde faisait même juste quelques efforts, ce serait déjà un énorme pas en avant.

    Bravo pour ton initiative, tu as raison de la partager ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cup c'est la vie! Je l'avais depuis une année avant de tombée enceinte, et je l'ai reprise après ma grossesse. Je ne pourrais plus jamais utiliser de tampons ou de serviettes je pense ^^

      Supprimer
    2. J'essaye aussi de faire attention à certains trucs comme les sacs plastiques, mais vraiment, la Cup c'est pas possible pour moi à l'heure actuelle, ça me dégoute un peu^^

      Supprimer
    3. Ca tombe bien le prochain article parlera de ça ;) autant commencer avec du glamour XD ça pourras peut-être te rassurer un peu.

      Supprimer
    4. Je crois que la cup ça dégoute pas mal avant de commencer à l'utiliser. Mais si on est à l'aise avec son corps, ça devient hyper facile et tellement moins contraignant ! (Sans parler qu'il y a moins de saloperies dedans et que perso, j'ai vite vu la différence à ce niveau-là).

      Supprimer
    5. La plupart des femmes trouvent ça dégoutant parce qu'il faut insérer ses doigts pour la mettre, alors c'est sur qu'il ne faut avoir aucune gène avec son corps.
      Mais franchement, plus de lingerie tachée à cause d'une fuite, plus d'inconfort avec une serviette humide, de tampons qui dégorge à la piscine, plus de sécheresses ni d'odeurs !

      Bien sur il faut prendre le coup de main, les premières fois ne sont pas évidentes, mais une fois qu'on à prit le coup, c'est super. C'est facile d'utilisation, ça se met vite, on ne sent rien et surtout... on ne se sent pas sale !

      Perso, je ne vois que des avantages ! Sans parler que ça fait du bien au porte monnaie parce que ça dure des années si on en prend soin et que la poubelle n'est plus remplie de déchets sanguinolents et malodorants (trop glamour ! X))

      Supprimer
  5. Super démarche Margaud. Je suis aussi très sensible à ce sujet. J'ai eu la chance de voir à Bruxelles où je vis la conférence de la "Famille presque zéro déchet". J'ai acheté leur bouquin qui est plein de chouettes astuces.
    Bon cheminement, je ne manquerai pas de te suivre!

    RépondreSupprimer
  6. Un article qui me parle car je suis moi même dans cette démarche. 😊 Hâte de voir les prochaines articles

    RépondreSupprimer
  7. Très bonne alternative !
    Je suis moi-même en pleins changement de mon train-train quotidien, mais en colocation, c'est parfois dur, rien que de trier ses déchets. Je fais donc les choses à mon rythme, le temps de pouvoir emménager avec mon compagnon. Comme toi, je fais attention à ce qui se trouve dans ma nourriture, et dans mon assiette, et je tente au mieux de partir sur du zéro déchet. Je suivrai ton aventure instagram / blog avec plaisir ! :D Et tous les conseils sont à prendre, je serais ravie de suivre tes erreurs et de savoir les choses qui fonctionnent pour toi :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai aussi commencé ma démarche en lisant Béa Johnson alors je serai curieuse voir ton évolution :)

    RépondreSupprimer
  9. Je ne prends pas tout à fait le même chemin que toi, perso, j'en suis pas encore au 0 déchet. Mais c'est vrai que depuis un an, un an et demi, j'essaie de consommer de façon plus saine. Je cuisinais déjà beaucoup, donc niveau nourriture, ce n'est pas un gros changement, j'essaie de prendre au maximum des produits de qualité. Pour les cosmétiques, c'est pareil, j'essaie depuis l'été dernier de passer à des produits plus sains pour le corps et la peau. Depuis le début d'année, je regarde à faire mes produits d'entretien moi-même, et là, comme j'ai fini la plupart des produits acheté, je m'y mets petit à petit.
    Mon chemin est encore long et pas toujours facile, mais petit à petit j'avance.
    Je disais que je n'en suis pas encore au 0 déchet, parce que pour moi, il y a d'autres étapes avant que je dois bien maîtriser pour en rajouter des nouvelles, mais c'est vrai que je fais déjà bien plus attention aux déchets non recyclabe. D'autant plus que je vis dans un coin pas très en avance à ce niveau et il y a des trucs (type pots de yaourts) que d'autres coins recycles et qu'ici pas du tout. Donc voilà. Mais je suis un peu comme toi, j'ai pas envie d'apprendre à ma fille de consommer n'importe comment, ni de lui laisser une planète toute pourrie.

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Margaud! J'aimerais aussi me lancer dans le zéro déchets, je commence petit à petit à changer certaines habitudes, c'est un peu difficile quand on commence mais je me dis que la planète nous remerciera un jour ou l'autre! Des bisous.

    RépondreSupprimer
  11. Concernant son envie de réduire ses déchets/son empreinte, c'est chacun à son rythme. On fait ce qu'on peut donc j'estime qu'il y a plus de motivation à fournir à autrui plutôt que d'écrire des méchancetés. Et oui, il faut essayer - et échouer - c'est comme ça qu'on apprend le mieux ;) J'avance petit à petit de mon côté aussi.

    RépondreSupprimer
  12. Hello ! J'adore ta démarche et je vais suivre ton aventure avec intérêt, c'est un mode de vie qui m'intéresse et j'aimerais petit à petit réduire mes déchets. Déjà, durant mes courses alimentaires, livres ou cosmétiques, je prend systématiquement un sac pour y mettre mes courses. Il n'y a que pour les achats de vêtement où je prend leurs sacs en plastique mais je les garde tous pour les réutiliser (les prendre pour mes autres courses) ! Bonne continuation à toi

    RépondreSupprimer
  13. Voilà 2ans que j'y pensais et 1an que je m'y suis mise mais comme toi à mon rythme. Là où j'y suis allé de manière radical c'est les produits d'hygiène et cosmétique ainsi que de ménage. Le reste petit à petit.

    RépondreSupprimer
  14. Coucou personnellement sa m'intéresse mais je ne pense pas commencer par un gros truc, faire petit à petit ^^

    RépondreSupprimer
  15. ça m'intéresse aussi :)
    Pour l'anecdote, en Belgique (en tout cas dans mon coin) il est désormais interdit dans la plupart des commerces de donner des sachets en plastiques, donc on a des sacs réutilisables et des tote-bags. J'ai même commencé à en dessiner moi-même, c'est plus joli qu'un bête sachet classique qu'on jette après.

    RépondreSupprimer
  16. Très Interessant de pouvoir te suivre dans ta démarche! C'est un sujet qui m'intéresse également, mais difficile de savoir par où commencer. Vivement les prochains articles :)

    RépondreSupprimer
  17. Hâte de voir tes futurs articles sur le sujet. C'est sûr que tout le monde n'a pas le même rythme, que ça n'est pas facile, alors il vaut mieux y aller doucement mais surement et que ça dure plutôt que de tout changer trop vite et d'abandonner tout après.
    Je ne sais pas quel type de sacs vous avez en Suisse dans les magasins (sacs papier comme dans les séries américaines ^^, ou plastique), mais nous en France depuis peu les sacs sont biodégradables au rayon fruits et légumes. Je trouve ça bien. Personnellement j'en ai toujours utilisé parce que je pars du principe que de toutes façons je suis obligée d'acheter des sacs poubelle (impossible de faire sans), donc autant réutiliser les sacs du commerce (ils sont très bien pour les poubelles de salle de bain ou wc de par leur petite taille). Si tout le monde se servait des sacs des magasins comme sacs poubelle ils ne finiraient pas dans la nature, et ils seraient utiles. L'idéal c'est plus de sacs du tout, mais au niveau des ordures ménagères c'est obligatoire pour l'instant alors autant utiliser les sacs qu'on a avant de prendre ceux qu'on est obligé d'acheter. Je n'ai jamais compris pourquoi ça n'allait pas de soi pour tout le monde, pourquoi ne pas réutiliser ces sacs qui sont en plus gratuits, pourquoi les jeter sans s'en servir, je n'arrive pas à comprendre (et je ne parle pas de ceux qui sont jetés dans la nature, là on est à un autre niveau bien bas de l'espèce humaine, c'est encore un autre débat). Tout ça pour dire que certaines choses sont extrêmement simples, ne demandent pas d'effort, et sont juste du bon sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement chez nous tu ne peux pas utiliser n'importe quoi comme sac poubelle. Ou alors tu devrais mettre ton sac, dans un sac poubelle. Ici nous avons des sacs poubelle bien spécifiques à utiliser.

      Supprimer
  18. Je vois que nous sommes de plus en plus nombreux. Aller à son rythme est essentiel parce que la radicalité ne marche pas à long terme. Moi aussi je commence à prendre des nouvelles habitudes : privilégier le local, le vrac, éviter les sacs lors des achats, je suis aussi passée à la cup bref j'avance petit à petit

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour,
    un Biocoop c'est ouvert depuis 6 mois à côté de chez moi et j'y vais régulièrement pour acheter du vrac, je fais partie d'une ruche qui dit oui, j'essaie de consommer local et bio. Ce n'est pas toujours facile et faire changer d'habitude aux enfants car ils sont habitués aux produits sucrés et pleins de "E". Mais malgré tout on progresse car on a réduit de 25% nos emballages. Pour le moment, je trouve que cela nous coûte plus cher de manger bio et local mais peut-être que nous n'avons pas encore les bonnes astuces. Ma prochaine expérience est la fabrication d'une éponge Tawashi !

    RépondreSupprimer
  20. Oh super ! Je me réjouis de suivre tes articles. Je m'achemine doucement vers une réduction de déchets et un mode de vie plus sain. Je trouve difficile ce changement. Travaillant à 100% j'ai tendance à privilégier ce qui me semble le plus pratique, que ce soit au niveau de l'utilisation qu'au niveau de l'acquisition. Je me réjouis de découvrir tes astuces

    RépondreSupprimer
  21. Coucou ! Ravie que tu te sois décidée à commencer de publier des articles sur le sujet. J'ai hâte de les lire ! Je me sensibilise aussi depuis quelques mois au 0 déchet. Comme tu le fais, je prends mon temps pour effectuer des changements dans mon mode vie. Je vais pas à pas (même si je changerais du tout au tout du jour au lendemain si je le pouvais haha). C'est vraiment pas un changement évident pour certaines choses, mais c'est nécessaire pour le futur comme tu le dis.
    J'ai vu dans un article du Femina que dans le canton de Fribourg vous aviez pas mal de petits magasins en vrac. Dommage qu'à Lausanne il n'y en ait pas autant. Mais bon, ça commence gentiment.
    Je n'accepte plus les sacs plastiques non plus désormais, j'ai toujours mon sac spécial courses avec moi. J'essaie aussi gentiment de me mettre à la confection de mes cosmétiques. N'ayant pas de voiture et ne pouvant donc pas me rendre directement chez le producteur, j'aimerais essayer d'aller au marché les samedis matin ou d'aller dans les épiceries bio / en vrac. C'est la prochaine étape. :)
    En tout cas je me réjouis vraiment des futurs articles !

    RépondreSupprimer
  22. Oui, bravo ! J'ai aussi entamé cette démarche en début d'année ! Comme toi, je fais les choses à mon rythme, sans pression pour ne pas me dégoûter d'avance. Il y a des nouveautés dans ma manière de consommer, des choses auxquelles je fais davantage attention, d'autres dans lesquelles je ne me suis pas encore lancée (genre la lessive maison), d'autres encore que je fais depuis longtemps (il faut dire que je privilégie depuis toujours le fait-maison, que je déteste le gaspillage et que je ne consomme pas de merdouilles à tire-larigot). Et puis, on est deux, alors on fait des concessions chacun de notre côté.
    Donc voilà, j'essaie d'avancer doucement sur ce chemin-là et je serai ravie de découvrir tes prochains articles sur le sujet. Bonne continuation !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...