mardi 19 janvier 2016

Un jour glacé en enfer

Auteur : Anne B. Ragde
Editeur : 10X18
Collection : Littérature étrangère
Parution : 2 octobre 2014
Pages : 282
EAN-13 : 9782264055446

Peut-être n'est-ce rien d'autre que lui, ce meneur de chiens rustre et glaçant, qu'elle est venue chercher dans ce chalet perdu au milieu du Grand Nord. Cet homme aux mains violentes et au désir brut, presque bestial, qui la fait trembler sous sa fièvre en fendant son corps de plaisir. Mais à force de passion et de soumission, le rapport de force s'intensifie entre les deux amants. Jusqu'au jour où l'un d'eux doit sauver sa peau...


Mon avis



Je m’étais offert ce livre sur un coup de tête. Voulant découvrir l’auteure, et trouvant la couverture parfaite, j’avais craqué sans trop savoir dans quoi je me lançais. Au final, je ressors amoureuse de la plume d’Anne Ragde, je suis très heureuse d’avoir déjà en ma possession le premier tome de « La ferme de Neshov ».

Le plus perturbant dans ce roman, c’est certainement l’absence d’identité des personnages. On a souvent l’habitude de lire des romans où l’on connaît au moins leur prénom et leur physique. Ici, tout reste très flou, c’est voulu, et ça avantage l’histoire durant un bon moment. Jusqu’au moment où ça craque légèrement, mais j’y reviendrai. Mon coup de cœur va à la plume de l’auteure, elle adopte son style à l’environnement de son roman. Sèche, cassante et froide. Elle n’a pas peur d’être rude ou vulgaire, elle se mêle complètement à ses personnages.

Elle, c’est une jeune femme, la trentaine je dirais. Je l’ai imaginée blonde, le stéréotype nordique, mais suffisamment sportive pour résister au train de vie qui l’attend. Elle est arrivée mystérieusement, je pense qu’il devait faire nuit, dans la vie de cet homme qui l’a prise avec lui. Et depuis, elle vit avec lui, lui rend service dans son chalet avec ses chiens de traîneau. J’ai un avis mitigé, mais mitigé dans le bon sens du terme, c’est-à-dire que pour moi elle possède plusieurs facettes, et sait s’en servir. Je n’ai pas aimé toutes ses facettes, mais elle sait en jouer, et utiliser la bonne pour toujours être gagnante. Elle veut faire la différence, montrer qu’elle n’est pas comme les autres qu’il a pu avoir avant. Mais en même temps, elle se retrouve vite dans une routine peu sûre, en compagnie d’un homme clairement dominant.
Lui est un homme sûr de lui, qui vit pour ses chiens, et qui fait vivre ses chiens pour lui. Sa vie se résume aux mots : courses et traîneau. Je l’imaginais très grand et rustre, bourru, préférant le silence aux paroles inutiles. Un peu plus âgé qu’elle. Peut-être dix ans de plus. Les douches et les bains sont des choses dont il essaie de se passer le plus longtemps possible. Il n’aime pas les faibles, et se moque allégrement des sentiments des autres. Si j’aime les hommes bourrus habituellement, lui m’a clairement dégoûtée. Ce n’est pas le genre de bourru que j’aime, il est bien trop inhumain pour être appréciable. Mais il apporte beaucoup de challenge au personnage féminin, et c’est ce que j’ai aimé.

Le roman est parcouru de scènes de sexe assez brutales, et peu confortables. Si vous êtes sensibles à cela, et que pour vous l’acte sexuel doit forcément être beau et romantique… passez votre chemin. C’est limite plus glamour de regarder les chiens de traîneau se sauter dessus ! Pourtant, cette brutalité dans l’acte ne m’a pas gênée, je dirais même qu’elle allait parfaitement avec l’ambiance de l’histoire. C’est sale et intense. Mais rien ne fait rêver dans ce roman, c’est juste difficile. Je ne m’attendais pas à autre chose, je ne suis donc pas déçue de ma lecture.

Le petit bémol où je voulais en venir avec l’identité des personnages, c’est qu’au bout de presque 300 pages, on ne lie aucun lien avec eux. On se sent très en retrait, et c’est ce qui peut déranger car finalement on ne sait pratiquement rien d’eux, on les suit d’un instant T à un autre, et c’est tout. Il n’y a pas de réelle finalité. La fin du roman est d’ailleurs une espèce de boucle où l’on a l’impression que tout va recommencer. Mais malgré ce petit moins, j’ai été complètement happée dans cet univers glacial. Les paysages m’ont vendu du rêve comme je m’y attendais, même si la neige n’est pas belle à force, elle est aussi tranchante que des lames.
 

6 commentaires:

  1. Un livre très intriguant mais tu me donne très envie de me pencher un peu plus dessus.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne pense pas que ce livre pourrait me plaire à cause de ce que tu évoques ici. Mais ta chronique est superbe, comme d'habitude. C'est un plaisir de te lire :)

    RépondreSupprimer
  3. Moi le seul bémol auquel je pense dans ce roman, c'est la façon dont le personnage féminin s'endurcit très rapidement. Elle devient presque aussi animale que lui. M'enfin, faut la comprendre avec tout ce qu'elle subit! Mais peut etre un roman un peu plus long aurait été plus plaisant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui je vois ce que tu veux dire... je n'y avais pas vraiment réfléchit. C'est vrai qu'elle s'endurcit vite. Mais vu comment le livre se termine, je la vois comme une femme caméléon, une personne qui s'adapte très vite.

      Supprimer
  4. Je ne peux que te conseiller une chose: lis tout Anne B. Ragde :-D!!! Cette auteure est un bijou, j'ai aimé tous ses livres, autant les plus dramatiques comme la trilogie des Neshov que les plus "légers" comme "je ferai de toi un homme heureux". Avec un gros coup de coeur pour "la tour d'arsenic"! Merci pour tes chroniques, c'est toujours un plaisir :-)! Bonnes lectures ;-)!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré la saga de la ferme des Neshov et Zona Frigida de cette auteur. Mais je n'avais pas osé m'aventurer dans celui-ci, très sombre semblait-il. Maintenant je vais revoir mon jugement; surtout que, comme toi, j'adore la couverture !
    Tu parles trop bien de ce livre en tout cas :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...