lundi 23 janvier 2012

A la pointe de l'épeé

Auteur : Ellen Kushner
Editeur : Gallimard
Collection: Folio SF
Parution : 4 mars 2010
Pages : 409

Richard Saint-Vière est le plus fameux des tueurs des Bords-d'Eau, le quartier des pickpockets et des prostituées. Aussi brillant qu'impitoyable, violent à ses heures, ce dandy scandaleux gagne sa vie comme mercenaire en vendant ses talents de bretteur au plus offrant, sans trop se soucier de morale. Mais tout va se compliquer lorsque, pour de mystérieuses raisons, certains nobles de la Cité décident de se disputer ses services exclusifs ; Saint-Vière va dès lors se retrouver au coeur d'un inextricable dédale d'intrigues politiques et romanesques qui pourraient bien finir par lui coûter la vie...

Au-delà du roman d'aventures mâtiné de mélodrame, au-delà de l'hommage savoureux rendu aux grands récits de cape et d'épée, À la pointe de l'épée est une oeuvre forte, profondément dérangeante, sur la nature de la réalité et la moralité de la violence.


Mon avis

Trouvé à Emmaüs ce livre m'avait toujours attiré par sa couverture. Je parle souvent de la neige sur les couvertures, que pour moi c'est un plus, et bien comme par hasard, sur celle-ci il y en a.

Autant le dire de suite, je ne m'attendais pas ça. En fait je me faisais réellement une autre idée de l'histoire. Mais je ne dis pas que je n'ai pas aimé. C'était vraiment un chouette roman. C'est dynamique et rythmé, jamais je ne me suis ennuyée. Des fois c'était compliqué à suivre par contre. Il y a énormément de personnages, et beaucoup de complots entre eux, entre ceux qui font semblant de s'apprécier, ou de se détester ou qui se font passer pour d'autres, par moment j'étais perdue.
Vu qu'il s'agit de complots et d'alliances, l'intrigue ne manque pas. On veut comprendre ce qui ce trame, et qui est avec qui. Par moment j'avais l'impression d'avoir droit à du Gossip Girl version moyen âge. Ensuite c'est sur, ce n'est pas ce qu'il y a de plus original, c'est déjà vu, sous d'autres formes. Mais les personnages sont vraiment intéressants. Richard Saint Vière était pour moi quelqu'un de très bourru et solitaire, mais par moment je lui trouvais de la douceur et un cœur, comme presque tous les autres personnages. J'avais par contre de la peine à m'imaginer les scènes, car les décors n'était pour moi pas assez décrits, à par qu'on se trouvait en hiver et qu'il y avait les quartiers pauvres et les quartiers riches, je n'arrivais pas à me représenter les endroits.

Pas un mauvais livre, mais contente d'être arrivée au bout tout de même.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...