mardi 24 janvier 2012

Malédiction du sang

Auteur : Celia Rees
Editeur : Seuil
Collection: Fiction grands formats
Parution : 18 mars 2011
Pages : 248

À seulement seize ans, Ellen souffre d'une étrange maladie du sang. Dans la maison londonienne de sa grand-mère, où elle tente de reprendre des forces, sa seule distraction est la lecture des journaux intimes de son arrière-arrière-grand-mère, dénichés dans une malle au grenier. Ellen se plonge avec passion dans le quotidien de cette jeune fille déterminée, élevée par son père médecin, en pleine période victorienne. Avec l'arrivée chez eux d'un comte séduisant, d'une pâleur et d'une étrangeté glaçantes, le destin de la jeune fille bascule...
Au fil des pages, Ellen a l'impression d'être plongée dans un palpitant roman sur les vampires. Sauf que cette histoire est vraie. Sauf que, parallèlement à sa lecture, la jeune fille se sent de plus en plus mal, comme si la malédiction dont avait été victime son ancêtre perdurait dans ses veines...


Mon avis

Un livre qui est arrivé dans ma PAL tout à fait par hasard. En effet c'est en faisant du rangement dans le rayon que j'ai vu ce livre que nous n'avions pas vendu, et que nous devions donc retourné. Intrigué par cette belle couverture et par le résumé je l'ai sauvé des cartons de retour. Et quelques mois plus tard, il passa entre mes mains, pour mon plus grand plaisir.
Une écriture simple mais très efficace, encore une fois, pas de longueurs inutiles, le livre ne fait que 250 pages, donc nous n'avons pas le temps de nous attarder sur des détails. Notre héroïne découvre rapidement les journaux intimes de son aïeule et du coup l'histoire ne nous laisse pas le temps de nous reposer sur nos lauriers.

L'histoire est très bien construite, toute fois ce ne sera pas un coup de cœur, car encore des vampires, bien que ces vampires là soient plus proches des vampires de Bram Stocker. Mais ce qui m'a vraiment plu c'est la lecture des journaux, on découvre une autre époque ou la médecine était encore peu renseigner. Puis bien sur la manière dont le vampire approche sa proie, l'arrière-arrière-grand-mère d'Ellen, qui porte le même prénom qu'elle, c'est une manière très douce, si innocente que le père de la jeune fille ne s'en rend pas compte, il va même à la pousser dans ses bras. Par contre j'ai trouvé dommage que le lien qui unit les deux Ellen ne soit pas plus développé, il y avait de quoi faire quelque chose de sensationnel.

Il n'y a pas beaucoup de personnages, ce qui nous permet d'avoir des personnalités très bien construites. Ellen m'a beaucoup touché de par sa maladie, ne sachant pas si elle va guérir elle ne fait aucun projet d'avenir, elle est très humble et ne joue pas à la victime, elle ne se sent pas privilégié parce qu'elle est malade. Sa grand-mère est également adorable et m'a énormément plu.

Pour terminer j'ai beaucoup aimé cette lecture, elle a frôlé le coup de cœur. Je l'ai lu très vite, en deux jours de travail. Et je n'ai pas boudé mon plaisir. Je retiens l'auteur qui a style qui me plait beaucoup.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...